Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 09:15

Raphaël Enthoven face à Ségolène Royal au grand journal de Canal + :

"La morale n'est pas l'affaire de la politique. l'affaire de la politique c'est le droit" Et il n'a pas tort de le dire

Réponse de Ségolène Royal: "Oui, mais le droit est inspiré par la morale" Et elle n'a pas tort non plus

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 09:03

À travers les actions de la justice, le travail des médias et les langues qui se délient nous avons aujourd'hui la certitude que les magouilles de tous ordres et la fraude fiscale sont le sport national dans les hautes sphères de la finance et de l'état. 

il existe bien une catégorie d'individus à priori bien propres sur eux qui se situent au-dessus des lois ou se croient situés au-dessus d'elles. Ce fut le cas bien longtemps et ça l'est  moins depuis que la justice s'est réveillée et n'est plus autant qu'avant à la botte du pouvoir ( rappelez vous le juge Courroye) De l'affaire Cahuzac,  aux frères Guérini, en passant par l'affaire Bettencourt qui n'est pas terminée mais qui a fait apparaître que Mme Bettencourt avait soustrait au fisc une somme de 83 millions d'Euros expédiés dans les paradis fiscaux, et maintenant l'affaire Guéant-Tapie dont les ramifications s'étendent de jour en jour, le citoyen écœuré qui paie ses impôts et qui est sévèrement réprimé lorsqu'il est coupable d'un retard de 10 jours, se sent floué à juste titre. 

Toutes ces magouilles hors la loi sont doublement criminelles, par les actes eux-mêmes mais aussi par l'image dégradée que la sphère politique offre aux citoyens lambda et qui pourrait déboucher sur un raz de marée de l'extrême droite aux prochaines élections. Ça s'appellerait aller de Charybde en Scylla . C'est à craindre, car malheureusement les citoyens capables de réfléchir par eux-mêmes ne sont pas si nombreux et les autres ont le fâcheux réflexe de se précipiter dans le premier giron venu jusqu'à ce qu'il s'aperçoivent, mais trop tard qu'il s'agissait, en fait, de la gueule du loup.

Il faut se rendre à l'évidence : l'Histoire n'enseigne rien.

Pire, on sait par les déclarations dans les forums d'internet que les malversations des politiques et des financiers ( se sont souvent les mêmes) n'ont qu'une influence très réduite sur leurs destins électoraux.

Quand on sait tout ça, on a envie d'aller boire un coup et de profiter du soleil à la campagne.

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 11:44

Il se passe tellement de choses dans ce pays et dans le monde, que j'ai du mal à m'empêcher d'écrire un petit billet ( rassurez-vous ce sera beaucoup moins souvent qu'avant. D'autant que le printemps ayant enfin décidé de montrer son nez, le jardin m'attend et il y a du travail après cet hiver interminable.

Je me contenterai de deux articles par mois ( en voici un) et ne répondrai qu'à ceux dont j'estime qu'ils sont dans le sujet, et encore pas toujours.Pour certains ce sera le silence

 

 

 

On pourrait se demander ce que penserait  ce Jésus dont l'amulette est pendue ostantatoirement au cou des plus dévots, en observant le comportement de ceux qui se réclament de lui. Ainsi cette Frigide Barjot, bête comme ses pieds (1), embarquée dans un mouvement qui lui échappe, menaçant de faire couler le sang puisque le président Hollande ne veut pas écouter les " Français" qui sont pourtant, selon les sondages, majoritairement pour le mariage homosexuel, bien qu'un peu minoritaires en ce qui concerne l'adoption. Cette Frigide Barjot qui traine avec elle ou plutôt qui est entrainée par tout ce qu'il y a de plus réactionnaire dans le pays, des militants ultra-conservateurs de Civitas à quelques crânes rasés du GUD, l'extrême droite de l'extrême droite que le front national n'arrive pas à dissimuler dans ses manifestations bien qu'ils fassent un peu désordre par rapport à la dédiabolisation prônée par Marine Le Pen, sans oublier l'aile ultra-droite de l'UMP, et la cohorte des catholiques (2) mettant leur poussette en avant. 

Le mouvement contre le mariage homosexuel dérape de plus en plus vers une déstabilisation du gouvernement qui n'a pas besoin de ça après l'affaire Cahuzac, et dans lequel  les éléments les plus durs voient une opportunité de mettre à terre, non seulement le pouvoir en place, mais la République elle même. François Hollande a eu, à mon sens, raison d'accélèrer le mouvement pour faire passer la loi qui ferait de nous le 13ème pays dans le monde à rendre légal, avec quelques nuances, le mariage pour tous. Honte à nous,  qui nous gargarisons d'être "le pays des droits de l'homme" et qui, pourtant, restons empatouillés dans le combat d'arrière-garde de la frange ultra minoritaire la plus conservatrice de la population sur une avancée sociétale qui se répend pourtant, notamment dans des pays pas forcément considérés comme très évolués.

 

PS : si vous êtes abonné à Médiapart : lire l'article : Qui est frigide Barjot ?

 

(1) si la notoriété était obligatoirement subordonnée à l'intelligence et au talent  ça se saurait !

(2)on a le droit de se poser des questions sur ces gens si soucieux du bien-être des enfants et qui les entrainent, sans leur demander leur avis, dans des manifestations qui peuvent tourner mal. Je crois que ça sert surtout à Laurent Wauquiez à affirmer "qu'on a tiré sur des enfants". Lamentable.

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 09:25

La décision de mettre Nicolas Sarkozy en examen a été prise collégialement par trois juges. Que la meute des indignés par la décision de  ces trois juges ne s'en prenne qu'au juge Gentil, en bafouant au passage la loi et en s'asseyant sur l'article 434-25 du code pénal qui indique que celui qui cherche à discréditer publiquement une décision de justice est passible de six mois d'emprisonnement, n'est pas anodin. Je pense que de ne s'en prendre qu'à un seul a plus d'impact sur l'opinion que de s'en prendre à trois juges indépendants qui prennent ensemble une décision, ce qui a tout de même plus de poids que la décision d'un seul. Là il s'agit de montrer du doigt UN responsable, c'est plus facile à décrypter. Les propos de Guaino, qui se prend de plus en plus pour Malraux, sont indignes et leur grandiloquence dont il est coutumier trahit le fait que dans son cas l'émotionnel l'a emporté largement sur la raison et qu'il a fait voler en éclats les principes républicains dont il se réclame volontiers. Une seule phrase qui se veut un argumentaire suffirait à le discréditer : " «Aucun homme sensé dans ce pays ne peut imaginer un instant que Nicolas Sarkozy s’est livré sur cette vieille dame richissime à un abus de faiblesse.» Un argumentaire basé sur un sentiment et non pas sur un fait. Un argumentaire qui démontre le désarroi d'un homme qui ne tient plus ses nerfs.

Je trouve normal que les juges fassent leur travail, que ce soit dans l'affaire Cahuzac ou dans l'affaire Bettencourt. Certains se souviendront peut-être qu'au commencement de l'affaire Bettencourt le juge Courroye  chargé de l'instruction s'était manifestement institué en bouclier du président Sarkozy. C'était tellement visible que finalement il fut déchargé de l'affaire transportée à Bordeaux dont on disait que le climat y serait plus serein. Nous étions un certain nombre à penser que cette décision équivalait à un enterrement de première classe et qu'ainsi l'affaire Bettencourt tournerait en eau de boudin. Ce ne fut pas le cas et c'est tout à l'honneur de la justice et des juges d'instruction .

Que la République s'achemine fermement vers une indépendance de la justice réclamée par presque tous, et qu'elle rappelle les principes de ce qu'est un état de droit quelque peu oubliés lors du précédent quinquennat, qui pourrait s'en plaindre ?

Quoi qu'il en soit et quel que soit l'épilogue de l'affaire Bettencourt. Les juges seront critiqués et même discrédités. 

Si Nicolas Sarkozy est lavé de tous soupçons, ce qu'on lui souhaite, Une partie de l'opinion  dira que c'est parce qu'il y  eut levée de bouclier de la meute désignée plus haut. l'autre partie dira que c'était bien la preuve de la partialité des juges en défaveur de N. Sarkozy. S'il est condamné ce sera forcément parce que les juges se seront vengés de celui qui voulait supprimer leur fonction.

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 16:18

Dans son hommage à Stéphane Hessel le 7 mars, François Hollande a dit ceci :

« Il pouvait aussi, porté par une cause légitime comme celle du peuple palestinien, susciter, par ses propos, l’incompréhension de ses propres amis. J’en fus. La sincérité n’est pas toujours la vérité. Il le savait. Mais nul ne pouvait lui disputer le courage. »

Je ne sais pas qui écrit les discours de François Hollande, mais c'est sûrement un jésuite.

Pour tenter de nous en assurer essayons d'analyser la phrase :

Il en ressort que la cause du peuple palestinien est légitime ( regard appuyé vers les palestiniens. Ça c'est pour l'humanisme ), mais Hessel pouvait susciter par ses propos l'incompréhension de ses propres amis. Autrement dit 'en réclamant la justice pour le peuple  palestinien Hessel pousse le bouchon un peu trop loin ( ça c'est pour la modération qui sied à un président de la république.) Hessel avait dénoncé à plusieurs reprises le refus des israéliens de toute négociation de paix sérieuse et la poursuite d'une politique de colonisation et de répression contre les palestiniens. En en les dénonçant Hessel était donc une sorte d'extrémiste qui suscitait  l'incompréhension de ses amis dont  fut le président Hollande. Fut-il  simplement un ami de Hessel, le président Hollande, ou un ami offusqué de Hessel ? la phrase laisse une ouverture à l'interprétation. Poursuivons : La sincérité n'est pas toujours la vérité. Il le savait. ( coup d'œil vers les Israéliens qui ont aussi leurs raisons que Hollande reconnait implicitement.) Mais nul ne peut lui disputer son courage ( coup d'œil vers Hessel , donc vers les palestiniens. ) Hessel était donc de mauvaise foi mais il était courageux) En quelques phrases François Hollande manifeste ce qu'on lui reproche depuis le début, c'est-à-dire de vouloir coûte que coûte ménager la chèvre et le chou et de refuser d'appeler un chat un chat .

Si je résume, la cause du peuple palestinien et légitime, mais il vaut mieux ne pas l'affirmer  avec vigueur pour ne pas faire de vagues. D'ailleurs la cause Israélienne est également légitime. Un point partout, la balle au centre. La sincérité n'est pas toujours la vérité, mais toute vérité n'est pas bonne à dire surtout en matière de diplomatie. C'est ce qu'on reprochait à Hessel ce fouteur de merde courageux et c'est ce qui provoquait l'incompréhension  de ses amis dont le président faisait partie. Amen.

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 10:01

"Un abîme est devant nous, où nous entraîne une politique sans hauteur qui, depuis mai 2012, n’a cessé de plier devant les obstacles – européens, financiers, institutionnels. Cet étrange renoncement ne sauvera rien, pas même la gauche au pouvoir dont l’impuissance face au désastre social de 2013 appellera une sanction électorale en 2014." C'est ce qu'écrit Edwy Plenel ce matin dans Médiapart dans un article intitulé L'abîme ou le réveil. Sanction électorale ? Sans doute face aux atermoiement et à la mollesse du PS malgré la présence et les actions de quelques personnalités atypiques : Taubira, Peillon, Montebourg qui laissent percer une faible lueur  noyée dans un gouvernement empatouillé dans sa comptabilité , ses timidités et son impuissance. Mais pour laisser la place à qui ? à l'UMP qu'on a subie pendant 5 ans et dont la politique ne fut pas, pour utiliser un euphémisme, un triomphe, et dont l'empoignade de cour de récré entre Fillon et JF Copé ne peut que provoquer la suspicion des électeurs de droite qui en sont pour certains nostalgiques qui confondent brutalité et autorité  à souhaiter le retour de Napoléon de l'île d'Elbe ?  Au front national, dont les effort pour faire oublier qu'il est un parti d'extrême droite sont remarquables, mais qui serait bien incapable de gouverner et dont la présence à la tête de l'état serait une catastrophe parce qu'il n'a à proposer que les recettes éculées d'une démagogie à base de socialisme national ou d'un national-socialisme qui exprime sa haine de la différence et qui  rêve que ce soient exclusivement de "vrais Français" estampillés qui vident nos poubelles et rénovent nos trottoirs ? Les écologistes ? Ils sont devenus inaudibles depuis leur participation au gouvernement. D'ailleurs, l'écologie plus personne n'en parle, à part quelques spécialistes. On comprend que les citoyens français soient déboussolés et n'attendent plus grand chose de la sociale-démocratie, pas plus que du conservatisme condamné à des gesticulations dans l'hémicycle qui tiennent lieu d'opposition constructive.

Nous avons tous compris que nous nous trouvons devant une crise de civilisation sans précédent que l'on ne règlera pas en utilisant la vieille boîte à outil d'une démocratie parlementaire vieillissante, mais en essayant d'abord de comprendre ce qui nous arrive et d'agir individuellement avant de remettre aveuglément nos espoirs de citoyens entre les mains des politiques.

Plenel termine sont article par une citation à méditer du livre de Vincent Peillon "Éloge du politique" (Seuil) sorti un an avant  qu'il ne devienne ministre du gouvernement : "(...) L’idée d’une politique “antipolitique” signifie (...) que le politique n’est pas la politique, n’est pas la question du pouvoir mais celle de la vie dans la vérité. Un syndicaliste, un militaire, un homme de théâtre, un journaliste, un philosophe ébranlent alors le monde, beaucoup plus que ne le feront jamais les politiciens. »

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 16:39

Que l'islamisme soit incompatible avec la démocratie, c'est une évidence.  Au point qu'on avait quelque raison de s'inquiéter de l'arrivée des islamistes au pouvoir. Espérons que le meurtre de l'opposant Chokri Belaïd va déciller les Tunisiens qui croient encore que l'on peut établir une démocratie à base exclusive de religion. Ce qui arrive aujourd'hui montre s'il en était besoin le poids historique de l'islam qui pèse sur des citoyens Tunisiens dont certains se leurrent à croire que le mariage de la carpe et du lapin peut  ne pas générer autre chose qu'un monstre.

Il ne reste plus qu'à espérer un sursaut du peuple  qui voit sa révolution confisquée et ses espoirs s' effilocher . La grande mobilisation de l'UGTT le 4 décembre commémorant l'assassinat soixante ans plus tôt de Farhat Hached , grande figure de la  résistance  à la colonisation avait été attaquée par des centaines d'islamistes,  et une atmosphère d'affrontement règne de plus en plus dans le pays. "Si Ennahda veut imposer ses propres conceptions à cette majorité de la société qui les rejette avec toujours plus de vigueur, cela ne pourra se faire que par la violence" dit le philosophe Abdelwahab Meddeb

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 10:31

Qui a administré  à la bourgoisie inquiéte  une petite piqure de tranquillisant en déclarant récemment au Parisien qu’elle « ne croyait pas à la lutte des classes » , que les personnels des PME étaient « en osmose » avec leur patron et qu’ « il n’y avait pas de honte à s’enrichir » ? Jean-François Copé ? Non. La patronne du Medef ? Non plus. Vous donnez votre langue au chat ? Je vous le donne en mille ! : Fleur Pellerin ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'économie numérique dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. 

Pourtant, j'ai des doutes sur la mort de la lutte des classes en écoutant par exemple les vœux pour 2013 d'Édouard Martin délégué CFDT d'ArcelorMittal Florange ( cliquez sur le titre) :

Ou ce pètage de plomb d'un cadre d'Orange, mûr pour la Russie démocratique de Poutine, qui déclare gagner 70 000 € par an ( il y a à mon avis une erreur dans le libellé de la vidéo) et qui insulte une fonctionnaire de la SNCF dont on peut saluer le sang-froid , enregistré par un jeune homme plein d'humour à la gare de Viroflay.

Alors, la lutte des classes, morte ou pas morte ? On peut en parler si vous voulez
PS :Mes vœux pour ce blog en 2013 : que les commentaires soient concentrés sur le sujet traité et soient des réponses positives ou des réfutations, un peu étayées. C'est généralement le cas mais pas toujours. L'intérêt pour ce blog y gagnerait beaucoup 

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 10:23

La commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) a décidé de rejeter les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy. Cette décision résulte de la réintégration de dépenses antérieures au 15 février 2012, date de la déclaration officielle de candidature du président sortant sur TF1. Si cette décision était confirmée cela pourrait coûter très très cher à l'UMP. 

Tout le monde sait que Nicolas Sarkozy  était en campagne bien avant de présenter sa candidature à sa propre succession et cela dans le cadre de sa fonction. C'est là que le bât blesse, et on comprend mieux pourquoi Nicolas Sarkozy a traîné jusqu'au dernier moment avant de présenter sa candidature. Le trésorier des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy a annoncé un recours auprès du conseil constitutionnel. Et c'est là que le bât blesse une seconde fois puisque Sarkozy est membre de droit du Conseil Constitutionnel. Donc en principe il ne sera pas présent lors de la séance le concernant, pour éviter l'accusation de conflit d'intérêt puisqu'il serait juge et partie. De plus il serait juste que sa fonction soit suspendue jusqu'à  ce que son dossier soit examiné par le CC.

Maintenant examinons la composition du conseil constitutionnel. Ils sont douze, 10 hommes et deux femmes. dont 3 anciens présidents de la république. Sans Sarkozy , cela fera 11 dont 9 hommes et deux femmes. Politiquement, ils sont neuf à  droite , 2 peuvent être considérés comme étant plutôt de gauche. ( Guy Canivet, Claire Bazy Malaurie ) à moins que je ne me trompe. Charasse qui est membre du CC nommé  par Sarkozy, est un ancien PS exclu et qui a retourné sa veste.

Donc à mon avis la décision ( consciemment ou inconsciemment) devrait basculer en faveur de l'UMP. À moins que la démocratie fonctionne comme elle devrait fonctionner.

  Plusieurs questions se posent : 

1) les règles régissant les dépenses entre celles relevant de la fonction présidentielle et celles relevant de la campagne du Président sortant dans la perspective d'un second mandat sont extrêmement floues. Ne devraient elles pas être  précisées beaucoup plus minutieusement ?

2) Il semble anormal qu'un président sortant soit membre de fait du Conseil Constitutionnel

3) Pourquoi les membres du Conseil Constitutionnel le sont-ils à vie ? 

4) Actuellement Jacques Chirac qui est manifestement gâteux, est-il en mesure de siéger au CC ?

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 08:39

Ce matin libération publie une interview de Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale. À la question :

"Vous venez de présenter votre projet de loi, et nous allons donc parler d’éducation, mais aussi du cannabis, de Gérard Depardieu et de Jérôme Cahuzac…

Le ministre répond :

"A chaque fois que je pars sur un chemin de traverse, quel qu’il soit, je dessers la cause que j’essaye de servir. J’ai eu l’occasion de le remarquer. Alors que, la semaine passée, nous avons annoncé le recrutement de 43 000 enseignants, annoncé le projet d’une charte de la laïcité dans les établissements scolaires, lancé la stratégie numérique la plus globale jamais initiée dans ce pays, si je dis une demi-phrase sur Depardieu, cela éclipsera tout. Et je ne parviendrai même pas à toucher les étudiants pour qu’ils aillent s’inscrire aux concours."

Je trouve cette réponse très satisfaisante car elle démontre que Vincent Peillon est en train de faire, avec sagesse, son apprentissage de ministre de la République.

C'est, en effet, une manie épouvantable des journalistes  d'interroger un ministre sur des questions qui ne concernent pas directement son ministère. Déjà bien occupé par celui-ci il devra répondre aux débotté à une question sur laquelle il a forcément quelque opinion personnelle mais ne maîtrise pas tous les éléments et de surcroit n'a pas eu le temps de consulter les ministres concernés. D'où les dérapages qu'on a pu constater depuis que les socialistes sont au pouvoir. Informer oui, expliquer oui,  bien communiquer en somme, (c'est ce qui manque le plus à Hollande ) mais pas dans le désordre.

On voit bien, et Vincent Peillon met  le doigt dessus (une demi-phrase sur Depardieu, cela éclipsera tout) comme la culture politique des Français est davantage centrée sur l'accessoire que sur le principal et comme ils restent éblouis par la société du spectacle au détriment du réel. Depardieu, cela leur parle beaucoup plus que "la stratégie numérique globale" qui est pourtant capitale pour l'avenir de l'école.

L'affaire Depardieu n'est qu'un fait divers et le tort du premier ministre est d'avoir donné son opinion , maladroitement de plus, sur ce fait divers qui a pris des tournures politiques par maladresse. S'il avait répondu comme l'a fait Hollande un peu tard " "Moi, plutôt que de blâmer tel ou tel, je veux saluer le mérite de ceux qui ont certes beaucoup, mais qui acceptent de payer leurs impôts en France, de produire en France, de faire travailler en France et de servir leur pays", on aurait moins noirci de papier pour quelque chose qui n'en vaut guère la peine.

Il n'y a pas de doute : les socialistes sont en plein apprentissage. Tant mieux. Mais il ne faudrait pas qu'il dure trop longtemps.

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : pour curieux seulement
  • pour curieux seulement
  • : Ce blog qui se veut un lieu de dialogue et de réflexion, s'adresse aux curieux de tout ce qui fait l'intérêt de la vie. de la philo à la bande dessinée en passant par la musique,la vie quotidienne et la politique
  • Contact

Profil

  • GIHER
  • 73 ans. Retraité, écrivain à ses heures, collectionneur de collections, amateur de jazz, de cinéma de BD et de philo
  • 73 ans. Retraité, écrivain à ses heures, collectionneur de collections, amateur de jazz, de cinéma de BD et de philo

Texte Libre

« Nous sommes nés à quêter la vérité ;
il appartient de la posséder à une plus grande puissance. »

Michel de Montaigne 

Recherche

Archives