Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 08:03

Foutre la trouille, c'est la ligne choisie par l'UMP pour les élections législatives en continuité de celle choisie par Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle, en tablant sur le manque d'information des citoyens. Ainsi, le détestable Jean-François Copé , comme l'avait déjà fait Sarkozy, est parti en guerre contre le plafonnement du quotient familial  avec des arguments particulièrement spécieux. Il compte bien Lutter contre ce qu'il appelle "le matraquage fiscal programmé des classes moyennes avec la suppression du quotient familial"

On sait que le quotient familial "est un mécanisme qui permet de diminuer l’impôt des familles, de façon croissante en fonction de leur taille, en prenant en compte les enfants à charge de moins de 20 ans. L'abaissement du gain maximal consenti aux familles aisées faisait partie  des 60 propositions de François Hollande. "Depuis 1981, l’avantage est plafonné, aujourd’hui à 2 336 euros par demi-part. C’est ce plafond que François Hollande souhaite abaisser, le portant à 2 000 euros, pour une économie de quelque 400 millions d’euros."

Est-ce pour autant un matraquage des classes moyennes ? Il n'en est rien. Ceci ne concerne que les plus aisés. "Ainsi, selon les statistiques du Haut Conseil à la famille (HCF), 77% des foyers concernés par le plafond touchaient plus de 6 Smic (dont 35% plus de 9 Smic). Pour une famille monoparentale avec un enfant, le plafond joue sur les revenus supérieurs à 3,7 Smic. Pour un couple avec deux enfants, il s’agit des revenus supérieurs à 6,2 Smic. Dans une simulation, le HCF montrait qu’une baisse du plafond de 10%, à 2 070 euros (soit très proche de ce que préconise François Hollande) concernerait 950 000 foyers fiscaux. Toujours parmi les plus aisés. Et que la perte moyenne serait de 30 euros mensuels par famille."

Voilà ce que J.F Copé appelle un matraquage des classes moyennes,  dans la ligne de Nicolas Sarkozy qui affirmait dans ses meetings " plus aucun d'entre vous n'aura droit au quotient familial "

 

source : la rubrique "désintox" de libé de ce jour que vous pouvez lire dans son intégralité sur le site libération.fr 

Repost 0
Published by GIHER - dans société
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 09:37

Ce qui m'a frappé lors de la passation de pouvoir de l'ancien gouvernement c'est de constater que les ministres sortants étaient souriants et détendus pour la plupart, presque amicaux, (Juppé avec Fabius, Mitterrand avec Filippetti ), presque compassionnels aussi, un peu comme s'ils pensaient :" Les pauvres ils ne savent pas ce qui les attend ". Mais on les sentait surtout soulagés. Peut-être parce que d'être ministre sous l'autorité de Sarkozy, ce ne devait pas être de la tarte, lui qui proclamait assez souvent qu'il n'était entouré que de nuls. Peut-être aussi parce qu'en dehors de la nostalgie d'une perte de pouvoir, ils sont plutôt heureux de refiler la patate chaude aux socialistes : 500 milliards de dette supplémentaire en cinq ans, dont 150 milliards seraient dus à la crise, une croissance zéro ( dernier chiffre connu pour ce trimestre), le chômage qui augmente inexorablement, des toiles d'araignées dans les caisses de l'état, des fermetures d'usines retardées pour cause d'élection et qui vont durement se faire sentir après les législatives, l'Europe sur un volcan. bref, il y a de quoi se sentir soulagé,  à titre personnel, d'être sorti de ce merdier, comme il semble très courageux de vouloir y pénétrer ! Pour l'instant le nouveau gouvernement suit scrupuleusement sa feuille de route en commençant par les symboles : parité des membres du gouvernement, baisse de 30% des salaires des ministres, fin du bling-bling, volonté de redonner aux ministres la dignité de leurs fonctions..  Ça donne le ton  et ça indique une direction qu'une majorité de Français souhaitent,  mais à part ça, Hollande sait bien que les emmerdements sont pour tout de suite. observons maintenant comment il va s'en sortir, avec sympathie mais sans enthousiasme excessif, car tout le monde sait depuis le début, et les socialistes les premiers, que les mois qui viennent seront rudes. Rien à voir avec l'euphorie de 1981, et étant donné la conjoncture économique, sociale,  c'est tant mieux. Il vaut mieux voir les choses telles qu'elles sont plutôt que telles que l'on voudrait qu'elles soient. Jusque-là , le péché mignon des socialistes était plutôt à la tendance  contraire. Heureux de constater qu'ils semblent vouloir prendre en compte les leçons de l'Histoire sans renier les principes éthiques qui les distinguent de la droite.

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 09:14

Dans son discours de défaite, très digne, selon les avis presque unanimes, Nicolas Sarkozy a tout de même dit : «Je ne serai jamais comme ceux qui nous ont combattus, nous aimons notre pays» Aïe ! Donc pour aimer la France il faudrait être de droite. Donc à gauche nous n’aimerions pas notre pays. Ce qui nous ramène à cet instinct de propriété de la droite qui considère que le gouvernement de la France c’est son affaire puisqu’elle en est propriétaire et que toute alternance ne peut être qu’une illégitimité voire qu’une imposture. Sur quoi  peut donc être basé ce certificat d’amour exclusif de la France ?  Qu’est-ce qui peut bien le fonder ?

On pourrait effectivement se demander si le sentiment d’universalité qui anime la gauche et la conviction que les frontières ne sont que des cicatrices de l’Histoire ne serait pas à l’origine du clivage entre ceux qui se sentent d’abord citoyens du monde, qui aiment l'humanité, toute l'humanité, avant d'aimer l'humanité française,  et ceux qui pensent qu’il existait à l’origine des territoires spécifiques, immuables, qui ne doivent rien aux mouvements de l’Histoire. Et qu'en conséquence l’hexagone, et la terre estampillée France, existaient potentiellement, inévitablement, à l’origine des temps avec le béret basque, la baguette sous le bras, le calandosse, le pinard et la ligne Maginot.

La France et l’identité française sont une construction qui en dehors de la géologie et de la typologie du territoire doit tout aux hasards et aux mouvements de l’Histoire. Aimer ce pays pour moi, c’est prendre acte de cette succession de hasards qui l’a constitué, c’est aimer le courage et le génie  de ses habitants dont la plupart venaient à l’origine du centre de ce qui serait plus tard l’Europe et qui ont permis de magnifier ce pays. Aimer la France, c’est aimer ce brassage de peuples variés qui en font la richesse. Aimer la France, c’est aimer son insolence, sa générosité, son ouverture d’esprit, la beauté de ses paysages dont la variété en fait le pays le plus visité au monde. Aimer la France, c’est aimer sa gastronomie, son formidable patrimoine architectural, sa littérature, son art, c’est aimer jusqu’à ses défauts et s’accommoder de ses ridicules. Qui peut me dénier parce que je suis de gauche d’aimer tout cela ? Hein ? Qui ? je vous le demande. Et qui peut démontrer que cela n'est pas AUSSI la France ? Légitimement la France ?

Repost 0
Published by GIHER - dans société
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 09:50

defaite.png

 

 

 

 

Dimanche 6 mai, 7heures  du matin. Je me réveille en sursaut et en sueur. J'ai cauchemardé que Nicolas Sarkozy remportait la présidentielle avec 50,2% des voix ! Sale impression ! Vers 17 heures nous nous branchons sur les sites étrangers. Finalement une première indication : L'UMP renonce à la place de la Concorde ! Si c'est vrai, c'est que c'est plié ! l'information est confirmée dans les minutes qui suivent. si l'on sait à 18H que Hollande est gagnant, gros embarras des médias Français qui ont besoin du suspens pour bien remplir leur soirée. Vers 19 H les principales chaînes moulinent comme elles peuvent pour passer le temps. Un correspondant de canal donne l'ambiance place de la Concorde. Quelques rares badauds errent sur la place. Le journaliste qui a l'air de s'ennuyer ferme explique qu'il y a une grue garée sur la place mais que le camion estrade n'est toujours pas arrivé. Voilà c'est bon. Hollande est président. c'est la victoire de l'espoir sur la peur, de la justice sur l'ordre sans nuance, du peuple de gauche, contre celui d'une droite confite dans sa trouille. La vague et l'immense surprise promises par le candidat du peuple n'ont pas eu lieu.

Quels symboles tout de même que ces deux rassemblements voulus par les deux blocs adverses ! La Bastille à gauche symbole de la révolution française, la Concorde à droite, ancienne place Louis XV où Louis XVI fut guillotiné. Les quartiers populaires pour la gauche, les beaux quartiers pour la droite ( Concorde, Trocadéro) Comment exprimer de manière plus lumineuse ses convictions ?

Lundi matin. La droite a la gueule de bois. Faisant l'impasse sur la joie immense des vainqueurs un peu partout en France qui ont dû supporter pendant  5 ans arrogance et  condescendance symbolisées par le petit sourire méprisant de J.F Copé dans les débats, elle va expliquer qu'elle a perdu, mais que dans le fond elle a gagné,  que le bilan de Nicolas Sarkozy est mirobolant et qu'une majorité de Français qui n'ont rien compris à tous les bienfaits dont ils ont bénéficié depuis 5 ans ne vont pas tarder  à déchanter, les ingrats. La peur, toujours la peur, agitée pendant toute la campagne comme argument phare. Un argument de perdant. Nicolas Sarkozy avait dit qu'en cas de victoire de la gauche Hollande tiendrait deux jours. Il faut donc en profiter ! Les emmerdements c'est pour demain matin. On devrait commencer par un audit pour éviter l'amnésie.

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 10:23

La décision de François Bayrou relève d'une éthique humaniste. C'est un moment réconfortant de cette campagne dominée par le pragmatisme de machiavel et l'adage selon lequel la fin justifie les moyens. Il était temps que le centre droit sauve l'honneur de la droite en remettant l'humain au centre. On a vu ces derniers jours la stratégie de Patrick Buisson ex directeur de "Minute" journal d'extrême droite et conseiller de Nicolas Sarkozy passer à la vitesse supérieure et inciter son champion à adhérer complètement au discours de Marine Le Pen. On a vu aussi le ministre Gérard Longuet également issu de la droite la plus extrême ( Occident, GUD, Ordre Nouveau) proposer de dialoguer avec Marine Le Pen dont les électeurs possèdent les clés du résultat de Dimanche prochain.

En votant à titre personnel pour François Hollande François Bayrou a fait un pas important, sans pour autant sceller un pacte avec le "diable" c'est-à-dire la Gauche.  

Il lui a forcément fallu pas mal de réflexion et de courage pour prendre une option qui peut se révéler capitale à 48 heures du 2e Tour des élections présidentielles.  Il reste de centre droit mais considère que trop c'est trop . Ça n'en fait pas pour autant un allié de François Hollande .

Quoi qu'en dise Nicolas Sarkozy,  le choix de François Bayrou est cohérent, c'est celui d'un homme aux prises avec sa conscience et qui a tranché dans le sens de ses valeurs plutôt que de son intérêt personnel puisqu'il ne participera probablement pas à un gouvernement de centre gauche si les électeurs confient la direction du pays à François Hollande

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 09:54

Que n'avait-on pas dit sur François Hollande, le mou, l'inconsistant, Flanby disait-on en se gaussant, sur sa stature qui n'était pas présidentielle. Il faudra trouver autre chose.

Le combat fut violent entre le favori des sondages et le président sortant, souvent sur la défensive, et qui n'hésita pas à commettre de petits et de gros mensonges (1) en accusant à plusieurs reprises Hollande de menteur alors qu'il  est affligé lui-même depuis un bon moment du sobriquet de Pinocchio. Mensonges délibérés  immédiatement relevés par Hollande.

 Dans un combat de boxe, parce que ce fut bien ça, les adversaires reçoivent des coups. Il y en eut des deux côtés. Personnellement je suis sorti de ce débat très rassuré. On savait François Hollande excellent débatteur malgré qu'à droite on le disait inférieur au président sortant. Il a montré Hier soir son autorité sur un adversaire qui avait promis de "l'exploser"

le débat fut souvent technique probablement un peu chiant et trop long pour un bon nombre de téléspectateurs. Dans le domaine du spectaculaire je retiendrai la tirade de 3 minutes  22secondes du candidat socialiste dénonçant l'esprit du Sarkozisme. Anaphorique dans la forme, allusive sur le fond, elle répondait à la question : quel président serez vous.  A chaque phrase dans laquelle Hollande expliquait ce qu'il serait ou ce qu'il ferait apparaissait en filigrane ce que selon lui Sarkozy,  avait été et avait fait ou pas fait. Le procédé s'est révélé très efficace. Ce faisant il affirmait la direction qu'il comptait prendre en stigmatisant le bilan de son adversaire sans le nommer.  Ce matin, les commentateurs marchaient pour la plupart sur des œufs. Comment dire en effet que l'un a été meilleur que l'autre sans être accusé  de partialité ? Beaucoup, dont Orange à travers l'AFP, on choisi de dire qu'il y avait match nul. Moi je le dis parce que je le pense vraiment : François Hollande a dominé le débat et a levé le doute sur sa présidentialité. Cependant, seul le peuple Français en jugera et nul ne peut vraiment affirmer ce qu'il décidera le 6 mai. 

 

(1) Le plus gros mensonge concerne les réunions des plus généreux donateurs de l'UMP en présence du chef de l'état à l'hôtel Bristol, niées par Nicolas Sarkozy alors qu'il en existe des preuves flagrantes

Pour les mensonges voir l'article du nouvelobs.com : http://tempsreel.nouvelobs.com/les-pinocchios-de-l-obs/20120502.OBS0258/debat-presidentiel-nicolas-sarkozy-pinocchio-face-a-francois-hollande.html

 

 

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 10:39

J'ai lu dans l'Express.fr un article étonnant du philosophe Raphaël Enthoven , l'ex de Carla Bruni et père d'un enfant qui réside à l'Élysée,  prenant le parti de Nicolas Sarkozy avec une violence qu'il reproche pourtant à ses opposants. Il explique en gros que le principal grief fait au président sortant relève du délit de sale gueule et est donc totalement irrationnel. S'il y a probablement une petite part de vrai dans cette affirmation parce que la colère est source d'irrationnel, il n'en reste pas moins que la détestation que le président-candidat provoque chez une certaine France, opposée à la dévotion de l'autre , peut être assez facilement justifiée par des arguments rationnels.

 Si l'on faisait la liste des sujets de contrariété que sa politique à provoqués, celle-ci serait longue, depuis les attaques contre la laïcité, les professions de foi chrétiennes publiques cent fois martelées,  choquantes dans la bouche d'un président d'un état laïc, les discours de Latran et de Dakar la dégradation  des services publics, de l'école, de la justice, de l'hôpital, la tentative de refiler la présidence de l'EPAD à un fils qui n'en finit plus de terminer ses études de droit, l'instrumentalisation de la justice, les faits divers générateurs de lois hâtives moins nécessaires qu'électoralistes, les innombrables promesses non tenues,  les mensonges éhontés et récurrents, les effets d'annonce, la vie privée étalée sans pudeur, le chômage qui augmente, la croissance qui stagne,  l'augmentation spectaculaire de la dette,  les tentatives permanentes d'établissement d'un clivage entre les Français plutôt que d'œuvrer à un rassemblement, l'étalage de fin de règne d'une droitisation sans frein, la stigmatisation des immigrés, les convictions écologistes d'opportunité, la fascination pour les puissances d'argent ; et aussi l'arrogance et l'agressivité pas seulement dans l'attitude mais également dans celle de ses snippers, les Jean-François Copé, les Nadine Morano, les NKM, les Frédéric Lefebvre, les Xavier Bertrand ....  J'en oublie évidemment  Oui , il y a de bonnes raisons pour détester Sarkozy et tout ce qu'il représente, lui, le président des riches et l'ami des puissants qui est assez impudent pour se présenter comme le candidat du peuple, presque aussi impudent que son épouse  qui ose dire que son mari et elle sont des gens modestes, ce qui est une insulte à l'intelligence des Français. 

L'élection présidentielle 2012 est plus que jamais le choc entre deux conceptions du monde, entre deux éthiques opposées. C'est un choc frontal, sans merci. Je le craignais et il est pire que ce que j'imaginais. Il oppose les frustrations, les colères, l'amertume d'une partie du peuple à l'approbation d'une France conservatrice, du repli sur soi, de la haine de l'étranger,  de la dévotion au chef. 

Le choix qui sera fait dimanche est un choix historique et Nicolas Sarkozy a raison sur ce point. D'un côté un président-candidat sûr de sa légitimité et convaincu que son clan et lui-même sont propriétaires de la France alors qu'ils n'en sont que les locataires. De l'autre l'espérance d'un peuple de gauche vers plus de démocratie, de justice sociale, de solidarité, de respect de l'humain, de moralité de la vie publique. Espérons, bien que rien ne soit sûr, que Dimanche c'est cette part-là de la France qui l'emportera. Jusque-là elle a assez peu monopolisé la Ve République taillée pour la droite au point  que la perspective d'une alternance qui apporterait  pourtant un peu d'air frais apparaît comme une anomalie.   

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 15:48
Si certains ne sont pas convaincus que Nicolas Sarkozy parle le même langage que Marine Le PEN  qu'ils regardent ceci :
Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 09:40

Les sondages sont têtus, comme les faits, à la différence que a priori ils ne sont pas encore des faits.

On a vu qu'au premier tour de l'élection présidentielle les sondages ne se sont pas beaucoup trompés, sauf sur la participation et sur les scores respectifs de Mélenchon et de Le Pen, phénomène de vases communicants qui a son explication ( voir mon article "premier round" ) En tout cas ils sont assez unanimes à quelques nuances près pour le second tour. ( voir le tableau ci-dessous )

Il est clair que le désarroi de la droite est de plus en plus apparent et les prises de distance des partisans de Sarkozy de plus en plus fréquents, de Raffarin  assurant de sa loyauté vis-à-vis de son leader tout en précisant que le règlement de compte aura lieu après le 6 mai, au grand patron François Pinault qui affirme que Nicolas Sarkozy  "est cuit" ",  qu'il "perd les pédales" et qui ose même la comparaison avec le bunker de 1945, en passant par Luc Ferry qui le mois dernier déclarait que Nicolas Sarkozy était plombé par une importante "détestation" et qui aujourd'hui stigmatise l'influence néfaste sur le président  du gourou conseiller Patrick Buisson ex directeur de minute journal d'extrême-droite et responsable de la stratégie d' extrême-droitisation ces dernières semaines du président candidat. 

Et que penser du drame personnel de NKM porte-parole du président qui dans un livre paru il y a quelques semaines proposait une direction politique très opposée aux récentes déclarations ultra droitières de Sarkozy , tout en étant dans l'obligation de les approuver ?

Jusqu'au 6 mai certes rien n'est joué et un retournement de situation est toujours possible, mais il devient de moins en moins crédible et les sondages indiquent bien que la stratégie dangereuse mise en place par le président sortant non seulement ne porte pas ses fruits pour l'instant mais risque après le 6 mai de déclencher un Tsunami dans le camp de la droite républicaine.

Héraclite disait que l'on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve, signifiant par là que rien n'est stable que tout est changeant. Nicolas Sarkozy a probablement perdu, à moins d'un coup de Trafalgar, parce qu'il a négligé, ou peut-être jamais connu, ces sages paroles. En réutilisant les recettes qui lui ont valu sa victoire de 2007 il s'est planté grave comme disent les jeunes. Parce que justement entre les deux élections il y a eu la crise mais aussi sa politique, l'une dissimulant en partie les effets négatifs  de l'autre, mais pour un temps seulement, et dont les quelques effets positifs - rien n'est jamais complètement noir et blanc - se sont révélés très inférieurs aux effets négatifs.

 À bout de souffle et d'imagination et voyant que les évènements lui échappaient Nicolas Sarkozy s'est trouvé contraint de faire des propositions en copiez-collé de celles de Marine Le Pen  et parfois même de François Hollande, ce qui démontre un désarroi peut rassurant pour son électorat. D'autre part, les voix qu'il pourrait éventuellement récupérer dans le camp du FN, il risque de les perdre dans celui de son électorat le plus modéré dont on se demande ce qu'il peut penser de l'avalanche de mensonges petits et gros proférés par leur champion et que les médias ont incontestablement démontés, preuves à l'appui, au point qu'il dût reconnaitre lui-même que sur certains aspects il avait menti.

La stratégie de marine Le Pen semble claire : faire perdre Sarkozy, provoquer l'explosion de la droite républicaine pour refonder une droite réunissant tous les courants et dont elle pourrait être le leader. La ficelle est un peu grosse et même si Nicolas Sarkozy perd l'élection rien ne dit qu'elle sera suivi majoritairement par notre peuple imprévisible 

 

sondage-2e-tour.jpg

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 09:32

Ah ! Le vote des étrangers ! l'une des toutes dernières branches auxquelles se raccrocher ; comme la viande halal,  la réforme du permis de conduire, le partage des couloirs de piscine, les menus des cantines et les consignes de vote dans les mosquées, des sujets essentiels dans une élection présidentielle, vous en conviendrez. Pour éclairer un peu le débat voici quelques rappels :

 


1) Le vote des étrangers faisait partie des propositions de François Mitterrand en 1981. Il n'a jamais été mis en œuvre.

 

2) Le vote des étrangers européens dans les pays de l'union européenne est parfaitement légal depuis 1993, ce qui manifestement n'ébouriffe  personne et qu'en fait très peu d'étrangers européens utilisent ce droit de vote.

 

 

3) Sur les 27 pays membres de l'Union européenne, quinze ont déjà accordé le droit de vote aux étrangers extraeuropéens aux élections locales avec des conditions variables de durée de résidence. Les pays hostiles à ce droit de vote sont donc minoritaires

 

4) Il y a quelques années Nicolas Sarkozy était contre le vote des étrangers ( 1997), après il s'est déclaré pour ( lorsqu'il était ministre de l'intérieur) maintenant il est à nouveau contre. Il faudrait savoir !! 

5) Qu'a dit Nicolas Sarkozy à Longjumeau ? Il a dit : " « Si vous ne nous rejoignez-pas, vous aurez le droit de vote des immigrés en France » Waff !! Imaginez ça , des files d'attentes interminables, devant les bureaux de vote,  d'étrangers de tout poil et même de Roms, de musulmans en djellabas et de femme voilées et même pire en burka , Ce qui leur éviterait d'entrer dans l'isoloir,  L'horreur ! Évidemment Le président sortant ce garde-bien de dire qu'il s'agit des élections locales pour les résidents étrangers en France depuis au moins 5 ans payant leurs impôts en France et qu'ils ne pourraient accéder ni à la fonction de maire ni à celle d'adjoint ni a des mandats sénatoriaux Si l'on sait ça, ça change beaucoup de choses,mais si on le dit on ne fait plus peur pardi ! Et la stratégie c'est de faire peur et pas seulement sur ce sujet-là. mais attention ! : parfois ça marche, parfois ça ne marche pas. Voir Jacques Chirac au moment des élections présidentielles de 1988 qui avait fait le même discours presque à la virgule près que celui de  Nicolas Sarkozy, ( à croire que Guaino l'a repompé intégralement ) sur le vote éventuel des étrangers ,toujours pas mis en œuvre par Mitterrand, en l'agitant comme une terrifiante menace.

Maintenant reste à savoir ce qui serait le plus terrifiant : le vote local des étrangers résidant en France ou Nicolas Sarkozy pour cinq années supplémentaires ?

 



Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : pour curieux seulement
  • pour curieux seulement
  • : Ce blog qui se veut un lieu de dialogue et de réflexion, s'adresse aux curieux de tout ce qui fait l'intérêt de la vie. de la philo à la bande dessinée en passant par la musique,la vie quotidienne et la politique
  • Contact

Profil

  • GIHER
  • 73 ans. Retraité, écrivain à ses heures, collectionneur de collections, amateur de jazz, de cinéma de BD et de philo
  • 73 ans. Retraité, écrivain à ses heures, collectionneur de collections, amateur de jazz, de cinéma de BD et de philo

Texte Libre

« Nous sommes nés à quêter la vérité ;
il appartient de la posséder à une plus grande puissance. »

Michel de Montaigne 

Recherche

Archives