Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 10:31

Qui a administré  à la bourgoisie inquiéte  une petite piqure de tranquillisant en déclarant récemment au Parisien qu’elle « ne croyait pas à la lutte des classes » , que les personnels des PME étaient « en osmose » avec leur patron et qu’ « il n’y avait pas de honte à s’enrichir » ? Jean-François Copé ? Non. La patronne du Medef ? Non plus. Vous donnez votre langue au chat ? Je vous le donne en mille ! : Fleur Pellerin ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'économie numérique dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. 

Pourtant, j'ai des doutes sur la mort de la lutte des classes en écoutant par exemple les vœux pour 2013 d'Édouard Martin délégué CFDT d'ArcelorMittal Florange ( cliquez sur le titre) :

Ou ce pètage de plomb d'un cadre d'Orange, mûr pour la Russie démocratique de Poutine, qui déclare gagner 70 000 € par an ( il y a à mon avis une erreur dans le libellé de la vidéo) et qui insulte une fonctionnaire de la SNCF dont on peut saluer le sang-froid , enregistré par un jeune homme plein d'humour à la gare de Viroflay.

Alors, la lutte des classes, morte ou pas morte ? On peut en parler si vous voulez
PS :Mes vœux pour ce blog en 2013 : que les commentaires soient concentrés sur le sujet traité et soient des réponses positives ou des réfutations, un peu étayées. C'est généralement le cas mais pas toujours. L'intérêt pour ce blog y gagnerait beaucoup 

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 18:44

J'avais appris à la communale que 1789 était une année glorieuse de l'histoire de France.  La nuit du 4 août et l'abolition des privilèges et du système féodal,  la déclaration des droits de l'homme, c'était tout de même quelque chose ! Bien sûr, il y eut la Terreur, mais de cet accouchement difficile et après les retours en arrière de l'Empire et de la royauté à nouveau, la République avait finalement émergé pour s'installer solidement malgré l'intermède pétainiste. 

Or, force est de constater que pour beaucoup de gens en France, aujourd'hui,  la révolution Française est considérée comme une date maudite. rappelez-vous Jean François Copé en 2010 qui au moment des manifestations du 24 Juin contre la réforme des retraites du gouvernement de droite avait sorti cette phrase d'anthologie : " Il règne actuellement une ambiance malsaine de nuit du 4 août." Malsaine la nuit du 4 août qui décrétait la fin des privilèges ? Moi je trouve qu'il n'y avait rien de plus sain au contraire. Et Alain Afflelou tout récemment, après "l'affaire"  Depardieu et les tentatives du gouvernement d'aller vers une réforme fiscale qui demanderait aux plus riches un effort de solidarité, qui déclare : " On est en train de revenir à 1789". Quelle horreur en effet ! Et Catherine Deneuve répondant à Philippe Torreton qui s'en était pris à Depardieu, ou plutôt à Dieu : "Qu'auriez vous fait en 1789, mon corps en tremble encore". Oui, décidément, La Révolution Française pour tous ces gens qui sans la république ne seraient probablement pas ce qu'ils sont, est une sombre période et elle n'est que ça. Et je ne parle pas de Charles Berling qui lui compare l'exil de Depardieu à un effet du retour du maccarthisme. Rien que ça !

On ne peut que conseiller à ces gens qui ne sont pas dans la misère, et qui chantent volontiers la Marseillaise qui est un chant révolutionnaire, de relire attentivement l'Histoire de France et même celle des États-unis, de comparer des choses comparables, de pratiquer un peu plus la nuance et de méditer cette pensée de Talleyrand : "Tout ce qui est excessif est insignifiant". François Hollande n'est ni Robespierre, ni McCarthy et Depardieu qui a joué Danton, ne risque pas la guillotine qui d'ailleurs fut abolie par les socialistes. Quand à Catherine Deneuve, un bon tranquillisant devrait suffire à calmer ses tremblements.

Repost 0
Published by GIHER - dans société
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 11:19

Que font les hommes quand ils n'ont rien d'autre à foutre ? Ils tombent !

Regardez les hommes tomber, c'est ce qu'ils font avec le plus d'application :

 

Repost 0
Published by GIHER - dans société
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 10:06

Coïncidence du" surf" sur le "web", je tombe d'abord sur cette vidéo de You tube qui montre un enfant de deux ans qui sait comment fonctionne un Ipad et qui constate qu'un magazine est un Ipad qui ne fonctionne pas :

 

 

 

Puis, je suis attiré par un article de Paul Laubacher du magazine Obsession, supplément du nouvel obs numérique, sur les objets connectés. Ils arrivent en force et vont envahir notre univers  déjà bien investi par la télévision, l'ordinateur l'iphone et la tablette numérique. Donc, vont arriver sur le marché dans des délais plus ou moins brefs, les lunettes à réalité augmentée qui seront commercialisées par Google en 2013 au USA pour la somme modique de 1500$  et qui permettent de superposer à une image du monde réel des éléments virtuels comme un plan, une photo ou une affiche récupérés sur internet. ces lunettes peuvent prendre des photos, lancer une visioconférence et permettent de trouver son chemin, grâce à des microphones et des caméras intégrés aux branches. Microsoft est sur le coup, la bataille fera rage.

Ce n'est pas tout, nous sommes également menacés par le serre-tête qui lit nos pensées et les traduit en mots. il sera commercialisé en 2013 pour 199 $ . Il pourrait éventuellement servir de détecteur de mensonges

Ne pas oublier l'ordinateur du futur sur lequel travaille IBM. Il aura la capacité d'imiter les sens humains comme le goût le toucher ou l'odorat : " L'ordinateur pourrait utiliser des algorithmes pour déterminer la structure chimique précise de la nourriture et pourquoi les gens aiment certains goûts.

De petits capteurs intégrés aux ordinateurs ou aux téléphones pourraient détecter si l'utilisateur a un rhume ou une autre maladie, en analysant les odeurs, des marqueurs biologiques et les molécules contenues dans son haleine. Particulièrement recommandé aux hypocondriaques

Pour le toucher, les nouvelles technologies tactiles, sensibles à la pression ou aux infrarouges, pourraient aider à simuler la texture d'un tissu par exemple sur un appareil portable. Les ordinateurs améliorent leurs capacités de détection et d'analyse des sons, également avec des "capteurs intelligents", ce qui pourrait leur permettre de "prédire quand des arbres vont tomber dans une forêt ou quand un glissement de terrain est imminent" 

je passe rapidement sur la lentille de contact intelligente, et le canapé connecté qui commande la télévision. Le sofa détecte une puce RFID installée sur un téléphone ou un portefeuille et identifie l’utilisateur pour lui proposer un affichage personnalisé à l’écran. Formidable, non ?

Et que dire du miroir interactif qui peut permettre de donner les cours de la bourse ou  d'écouter la radio. Comment s'en passer ? 

Où du détective de poche capable de retrouver vos clés ou votre téléphone égarés ? Ce système permet d'équiper n'importe quel objet d'un code-barres reconnu par un smartphone pour les localiser en un instant et mettre en contact avec les propriétaires grâce à une application dédiée. cette trouvaille-là est anodine. Si elle ne fonctionne plus, vous ferez comme avant, vous changerez la serrure, ou vous achèterez un autre téléphone

 Evian de son côté a développé un objet connecté qui, installé sur le frigo permet en un clic de commander ses bouteilles d’eau, livrées à domicile. Indispensable !

Va également arriver sur le marché, Nest, un boîtier thermostat bourré de technologie qui sait, "par exemple, la météo qu'il fait à l'extérieur pour adapter la température. Il passe automatiquement en mode d'économie d'énergie au bout de deux ou trois heures, en détectant automatiquement qu'il n'y a plus d'animation dans la maison grâce à des capteurs de proximité. Dans certaines familles, Nest a compris qu'il fallait passer en économie d'énergie immédiatement, vers 8 ou 9 heures du matin. Il a juste fallu qu'il analyse les données." S'il tombe en panne, sortez les gros pulls.

J'allais oublier  le Lockitron, un appareil qui s'installe sur la serrure, côté intérieur. Il peut être contrôlé à distance, de n'importe où, sur Internet ou grâce à un smartphone, via une application gratuite. Il est vendu pour 199 dollars. Plus besoin de clés. S'il tombe en panne vous dormez dans votre voiture.

Il y a d'autres trouvailles. Je vous en fait grâces.

Où va nous mener cette surenchère technologique principalement animée par la nécessité d'être le premier sur un marché et de "faire la pige" à ses concurrents et qui sous prétexte de nous faciliter la vie, souvent nous la complique ? Je n'en sais rien et les gens de mon âge n'ont pas trop à s'en soucier parce qu'ils sont déjà largués, que pour beaucoup ils n'ont plus le souffle pour suivre le rythme et que pour nombre d'inventions de demain, ils ne seront plus là pour s'en esbaudir ou les déplorer. Ce qui est sûr, c'est qu'elle rendra les hommes de plus en plus dépendants de la technologie, comme nous sommes déjà très dépendants de l'électricité centralisée par exemple. Il est sûr que dans vingt ans, lire un vrai journal à une terrasse de café, écrire dans un carnet, humer une vraie fleur, regarder un vrai paysage, ou même penser par soi-même, relèvera d'une originalité qui frisera la ringardise. Doit-on s'en féliciter ou le déplorer ? Je n'ai pas d'avis tranché là-dessus. Ce que je suppose en revanche, c'est que la vie quotidienne va devenir de plus en plus un métier.

 On est loin de l'injonction de l'écrivain Henri David Thoreau (1817-1862) qui dans son livre "Walden ou la vie dans les bois " ( L'imaginaire Gallimard 1990) écrivait : "Simplifiez ! 

Repost 0
Published by GIHER - dans médias
commenter cet article
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 18:14

En  cette période de fêtes le saumon d'élevage  se trouve souvent sur la table des Français. Pour en savoir un peu plus sur le saumon d'élevage je me suis rendu sur la page 

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2610_saumon_elevage_Norvege.php

Que nous apprend-t-elle ?

1) D'abord que nous sommes les premiers importateurs mondiaux de saumon et le premier marché pour le saumon norvégien : 132 000 tonnes de saumons ont été importés en 2009. 7 saumons sur 10 consommés en France proviennent de Norvège. En moyenne, un Français consomme 2,3 kg de saumon par an, c'est davantage que nos voisins européens, cela reste toutefois modeste par rapport aux Norvégiens : 6 à 8 kg de saumons sont consommés par personne et par an !

2) Qu'il est inutile de chercher du saumon sauvage de Norvège sur les étals des poissonneries. c'est devenu une denrée de luxe, qui n'est pas exportée et réservée à quelques privilégiés.Le saumon que nous achetons provient donc d'élevages et cela depuis plus de 40 ans 

3) Que les saumons élevés dans les fermes d'élevage, le sont avec un soin extrême et suivant une règlementation rigoureuse

4) que la farine de poisson contient : 

  • 54% de farine de poisson, dont un quart provient de restes non commercialisés de poissons (têtes et queues de hareng, maquereaux... Mais surtout pas de saumons car l'espèce n'est pas cannibale). Le reste (75 %) provient de poissons sauvages non-exploités commercialement mais dont la pêche est à 90 % destinée aux animaux d'élevage terrestres.
  • 30 % d'huile végétale non transgénique
  • 11 % de pigment naturel et notamment la précieuse astaxanthine, un puissant antioxydant riche en vitamine A, disponible à l'état sauvage via la consommation de crustacés qui donne la couleur rosée aux saumons.
  • 3 % de vitamines de minéraux.
  • 2% de glucides.

5) que l'alimentation des saumons ne comprend aucun traitement médicamenteux (antibiotique) ni préventif, ni curatif.

6) que dans les rares cas où les saumons sont malades, ceux-ci sont placés en quarantaine. Le traitement médicamenteux ne pourra être réalisé que sous approbation d'un vétérinaire et du gouvernement. Dans le pire des cas, afin d'éviter toute contamination aux autres fermes d'élevage, les saumons seront détruits, une perte financière considérable pour l'éleveur.

Donc mangez en toute confiance braves gens, ça baigne dans les élevages.

Oui , mais pas tout à fait, parce que, malheureusement, vous savez comment sont les gens, ils ont tendance à chercher la petite bête. Et la petite bête c'est le pou du saumon. Une catastrophe pour les éleveurs. Comment traite t-on le pou du saumon ? avec des pesticides que vous retrouverez dans votre assiette et dans l'environnement des fermes d'élevage.

Qu'en pensent les autorités norvégiennes ? Que les traitements ne pourront être réalisés que sous approbation d'un vétérinaire et du gouvernement. Le gouvernement norvégien est bien entendu au courant pour les pesticides. Et que fait-il ? Rien. Parce que supprimer le saumon ou en empêcher la vente c'est foutre en l'air l'industrie du saumon, capitale pour l'économie du pays. L'économie ou la santé ? Il faut choisir. 

Que faut-il faire ? éviter de manger du saumon norvégien...Comme les éleveurs norvégiens. Mais pour les saumons qui viennent d'ailleurs on ne sait pas grand-chose !

 Regardez le documentaire de FR3 ( Pièces à conviction), il est  plein d'arêtes :

 

 

Bon appétit tout de même !

Repost 0
Published by GIHER - dans écologie
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 18:32

Cynthia Fleury membre du collectif Roosevelt a fait parvenir à Jean-Marc Ayrault membre du collectif Roosevelt, via La rubrique rebonds de Libération, la lettre suivante.

Prenez le temps de la lire. 

Peu d’associations civiles peuvent s’honorer d’avoir dans leurs pétitionnaires un Premier ministre. Si surprenant que cela puisse paraître, Monsieur le Premier ministre, vous êtes cet homme, et nous, collectif Roosevelt, nous sommes cette heureuse association. Un bonheur n’arrivant jamais seul, Monsieur Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif de la France, vous a également emboîté le pas en rejoignant Roosevelt.

Le propos de cette lettre ouverte est simple : avez-vous seulement lu ce que vous avez signé ? Et si oui, pourquoi ne vous en inspirez-vous pas pour conduire votre politique ?

Le collectif Roosevelt compte plus de 87 000 signataires et son diagnostic de la crise que nous traversons depuis 2008 stipule que celle-ci n’est pas une crise de l’Etat-providence et de la dépense publique, mais une crise du capitalisme dérégulé et de l’effondrement organisé des ressources publiques depuis les années Reagan. En trente ans, ce sont des sommes considérables qui sont parties vers les marchés financiers, au lieu d’aller aux salariés, donc aussi à l’Etat via la TVA. L’Europe risque d’éclater en nouveaux Balkans depuis des mois, précisément parce qu’elle s’épuise à trouver quelques centaines de milliards d’euros pour sauver la Grèce, alors que la fortune cumulée des 0,2 % les plus riches de la planète est estimée à 39 000 milliards d’euros. Inutile de modifier les traités européens pour cela, la Banque centrale européenne (BCE) peut prêter sans limites aux organismes publics de crédit (article 21.3 du statut du système européen des Banques centrales) et aux organisations internationales (article 23 du même statut). Elle peut donc prêter à 0,01 % à la Banque européenne d’investissement (BEI), à la Caisse des dépôts ou à telle ou telle banque publique nationale, qui, elles, peuvent prêter à 0,02 % aux Etats, qui s’endettent pour rembourser leurs vieilles dettes.

Faut-il le rappeler encore, la Réserve fédérale américaine (Fed) a prêté aux banques en difficulté la somme de 1 200 milliards de dollars au taux de 0,01 %, alors qu’au même moment, les mêmes banques prêtaient aux Etats en difficulté à des taux de 6 %, 7 % ou 11 %. «Etre gouverné par l’argent organisé est aussi dangereux que par le crime organisé», affirmait Roosevelt. Lorsqu’il arrive au pouvoir, il y a 14 millions de chômeurs, une production industrielle qui a diminué de 45 %, un désarroi immense de l’Amérique. Il va alors séparer les banques de dépôt et celles d’affaires, créer un impôt fédéral sur les bénéfices, augmenter le taux d’impôt applicable aux citoyens les plus riches en le faisant passer de 25 % à 63 % puis à 79 %, et faire voter quinze réformes structurelles. Autre temps, autres solutions, penserez-vous. Et pourtant, dans un contexte où la dette des Etats-Unis dépasse désormais les 350 % du PIB, où la bulle immobilière de la Chine est inéluctable, où les banques chinoises titrisent leurs mauvaises dettes, où l’investissement militaire chinois a augmenté de 189 % en dix ans, tout est en place pour que les leçons de l’Histoire redeviennent amères.

En France, le gouvernement vient de présenter en Conseil des ministres un projet de loi a minima de séparation des activités bancaires, qui sera à l’agenda parlementaire en février 2013. A l’occasion de sa réforme bancaire en 1936, Franklin Roosevelt déclarait sur Madison Square : «Nous avons dû lutter contre les vieux ennemis de la paix, le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse […]. Ils sont unanimes dans leur haine contre moi. Et leur haine me réjouit.» A l’inverse, Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie, soutenait : «Partout je privilégierai le consensus. Mon rôle n’est pas de déstabiliser le secteur dont j’ai la charge.» Privilégier le consensus bancaire sauvera-t-il seulement le compromis social et démocratique ?

L’Alter Summit à Florence, célébrant les 10 ans du premier forum social européen (2002), n’a eu de cesse de rappeler qu’en Allemagne, le recul social imposé aux salariés a été sans précédent depuis dix ans : le premier décile ne gagne que 259 euros par mois, tandis que le second décile ne dépasse pas les 620 euros. Il ne s’agit donc pas, pour nous, d’obtempérer à l’illusoire compétitivité qui s’appuie sur la baisse du coût du travail. On relance le débat sur les 35 heures, mais faut-il rappeler que la réforme «Hartz IV» a conduit à une telle multiplication des petits boulots que la durée moyenne du travail est tombée à moins de 31 heures. Pour la première fois, les Européens sont descendus dans la rue, en France, en Italie, en Espagne, en Grèce, au Portugal, en Allemagne et au Danemark, à l’appel de la Confédération européenne des syndicats pour dénoncer l’austérité et lui opposer des solutions non délétères pour l’Etat de droit social. En France, le bilan social de fin 2012, est terrible : 5 millions d’individus inscrits au chômage, et près de 10 millions de pauvres.

L’Union européenne n’a pas été nobélisée pour avoir créé un espace social hyperconcurrentiel, mais à l’inverse pour avoir inventé une conscience éthique commune par-delà les territorialités qui la composent. A ce sujet, le collectif Roosevelt rappelle la nécessité de créer un impôt européen sur les dividendes pour mettre fin au dumping fiscal européen, boycotter les entreprises ayant des filiales dans les paradis fiscaux, séparer les activités bancaires, mettre en place une taxe Tobin en affrontant une crise clarificatrice avec les pays européens qui refuseraient de le faire, s’inspirer du modèle de démocratie européenne pensé par Joschka Fischer, etc. La bataille intellectuelle doit enfin avoir lieu. Elle augurera l’avènement d’un nouveau destin politique pour la France. L’émergence ne peut être le monopole des seuls pays au modèle social discriminé.

Monsieur le Premier ministre, sachez que nous vous libérons sans souci de la tyrannie de devoir nous faire plaisir en ayant signé. Peut-être faut-il vous offrir, comme tout citoyen consommateur indécis, la possibilité de vous rétracter ou à l’inverse, de signer en pleine compréhension et connaissance de cause ? Vous nous trouverez à vos côtés si la seconde hypothèse est choisie.

Repost 0
Published by GIHER - dans économie
commenter cet article
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 11:49

 Regardez cette vidéo bouleversante. Elle est un message de confiance en la créativité de l'humanité et ses capacités à faire le bien, malgré la bétise, le conservatisme et l'égoïsme qui pour l'instant dominent le monde.

 

Bonne année à tous

 

Repost 0
Published by GIHER - dans société
commenter cet article
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 19:20

Le niveau de vie se calcule par ménage, étant entendu qu'une personne seule est considérée comme un ménage. Il est calculé en divisant le revenu disponible annuel par le nombre d'unité de consommation (UC) d'un ménage. Par exemple un couple sans enfant représentera 1,5 unité de consommation ( 1 pour le premier adulte du ménage 0,5 pour les autres adultes de plus de 14 ans ) 0,3 CU pour chaque enfant de moins de 14 ans

Qu'est-ce que le revenu disponible ? C'est la somme annuelle des revenus de l'ensemble des membres du ménage, après redistribution,  c'est-à-dire après prise en compte des principales prestations sociales et paiement des principaux impôts directs. Il comprend les revenus déclarés à l'administration fiscale ( revenus d'activités, retraites et pensions, indemnités de chômage et certains revenus du patrimoine) les revenus financiers non déclarés, qui sont ici imputés ( produits d'assurance-vie, livrets exonérés, prestations sociales perçues et prime pour l'emploi. 

 

Si après ce calcul, votre revenu annuel  pour un couple sans enfants est, par exemple, de 40 000 € en divisant par 1,5 UC vous obtenez 26 666 €, ce qui correspond à votre niveau de vie par personne dans le couple.  Dans ce cas vous êtes plutôt bien loti car le niveau de vie médian est de 19 270 €. Ce qui veut dire que 50 % de la population est en dessous  de ces 19 270€, et 50% au dessus. Les  10% de personnes les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 10430 euros ; celui des 10% les plus aisées est d'au moins 36 270€. A noter que selon l'INSEE , en 2010  le niveau de vie baisse  ou stagne pour pratiquement toutes les catégories de population sauf pour les plus aisées. Le seuil de pauvreté qui correspond à 60% du niveau médian de la population s'établit  à 964 € mensuel  en 2010. La pauvreté continue de progresser. Elle concerne 8,6 millions de personnes, soit 14,1 % de la population. Le taux de pauvreté des moins de 18 ans atteint 19,6%

 

À vos calculettes !

source INSEE n° 1412 de septembre 2012

Repost 0
Published by GIHER - dans économie
commenter cet article
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 10:23

La commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) a décidé de rejeter les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy. Cette décision résulte de la réintégration de dépenses antérieures au 15 février 2012, date de la déclaration officielle de candidature du président sortant sur TF1. Si cette décision était confirmée cela pourrait coûter très très cher à l'UMP. 

Tout le monde sait que Nicolas Sarkozy  était en campagne bien avant de présenter sa candidature à sa propre succession et cela dans le cadre de sa fonction. C'est là que le bât blesse, et on comprend mieux pourquoi Nicolas Sarkozy a traîné jusqu'au dernier moment avant de présenter sa candidature. Le trésorier des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy a annoncé un recours auprès du conseil constitutionnel. Et c'est là que le bât blesse une seconde fois puisque Sarkozy est membre de droit du Conseil Constitutionnel. Donc en principe il ne sera pas présent lors de la séance le concernant, pour éviter l'accusation de conflit d'intérêt puisqu'il serait juge et partie. De plus il serait juste que sa fonction soit suspendue jusqu'à  ce que son dossier soit examiné par le CC.

Maintenant examinons la composition du conseil constitutionnel. Ils sont douze, 10 hommes et deux femmes. dont 3 anciens présidents de la république. Sans Sarkozy , cela fera 11 dont 9 hommes et deux femmes. Politiquement, ils sont neuf à  droite , 2 peuvent être considérés comme étant plutôt de gauche. ( Guy Canivet, Claire Bazy Malaurie ) à moins que je ne me trompe. Charasse qui est membre du CC nommé  par Sarkozy, est un ancien PS exclu et qui a retourné sa veste.

Donc à mon avis la décision ( consciemment ou inconsciemment) devrait basculer en faveur de l'UMP. À moins que la démocratie fonctionne comme elle devrait fonctionner.

  Plusieurs questions se posent : 

1) les règles régissant les dépenses entre celles relevant de la fonction présidentielle et celles relevant de la campagne du Président sortant dans la perspective d'un second mandat sont extrêmement floues. Ne devraient elles pas être  précisées beaucoup plus minutieusement ?

2) Il semble anormal qu'un président sortant soit membre de fait du Conseil Constitutionnel

3) Pourquoi les membres du Conseil Constitutionnel le sont-ils à vie ? 

4) Actuellement Jacques Chirac qui est manifestement gâteux, est-il en mesure de siéger au CC ?

Repost 0
Published by GIHER - dans politique
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 09:30

Puisque nous sommes dans le cinéma, restons-y

Journal de France est un film de  Claudine Nougaret et Raymond Depardon. ( voir la bande-annonce à la fin de l'article )

C'est  d'abord le portrait de Depardon par la femme qui l'aime et qu'il aime, l' histoire d'amour entre un grand-reporter, photographe, cinéaste, et sa compagne ingénieure du son. En filigrane à travers les errances de Depardon en camping-car dans les provinces françaises et son obsession de photographier des temps morts, de montrer ce qu'il y a d'extraordinaire, d'interrogatif dans le banal - on songe parfois à Edward Hopper- apparaissent des rushes repêchés par Claudine Nougaret de l'époque des débuts d'un petit paysan fou d'image, jusqu'aux parfois dangereux grands reportages à travers le monde. La plupart des séquences sont inédites d'autres déjà vues comme celles de la campagne présidentielle de Giscard en 1974 ( qui bloqua la sortie du film). Parce qu'elles tendent à montrer l'humanité telle qu'elle est et illustrent l'acharnement de Depardon à essayer de comprendre le monde, elles sont toutes  fortes, parfois terribles ( les séquences en hôpital psychiatrique) ou émouvantes,  parfois sensuelles et tendres, comme celle consacrées à Claudine Nougaret.  C'est elle qui en voix off dit les commentaires, parfois affectueusement ironiques,- elle déteste le camping-car et fait comprendre dans une séquence où on la voit, magnifique, dans la plénitude de ses trente ans, expliquer que Depardon pouvait être très très chiant - 

Sans doute, en partie, parce que la photographie je connais un peu, j'ai été profondément touché par ce film que je considère comme le plus bouleversant de Depardon. Peut-être aussi parce qu'il est co-signé par Claudine Nougaret qui apporte au film une indispensable sensibilité  féminine .

j'ai regretté  de voir arriver le générique de fin, ce qui ne m'arrive que rarement. Je n'ai pas dû être le seul, les critiques étant dans l'ensemble très favorables.

J'ai aimé cette réflexion du photographe lorsqu'il dit qu'il faut se méfier des trop belles lumières parce qu'elles induisent la tentation des trop belles images, donc fausses.

vous pouvez visionner "Journal de France" sur ITunes, ou si vous êtes inscrit sur Allo-ciné. Il existe en DVD. Il est sorti en juin 2012.  l'été n'étant pas le meilleur moment pour sortir un film ,il m'avait complètement échappé, ce qui est d'autant plus surprenant qu'il faisait partie de la sélection du festival de Cannes. Mais c'est normal. Cannes c'est en mai , et en mai je suis dans mon jardin. On ne peut pas tout faire.

 



Repost 0
Published by GIHER - dans cinéma
commenter cet article

Présentation

  • : pour curieux seulement
  • pour curieux seulement
  • : Ce blog qui se veut un lieu de dialogue et de réflexion, s'adresse aux curieux de tout ce qui fait l'intérêt de la vie. de la philo à la bande dessinée en passant par la musique,la vie quotidienne et la politique
  • Contact

Profil

  • GIHER
  • 73 ans. Retraité, écrivain à ses heures, collectionneur de collections, amateur de jazz, de cinéma de BD et de philo
  • 73 ans. Retraité, écrivain à ses heures, collectionneur de collections, amateur de jazz, de cinéma de BD et de philo

Texte Libre

« Nous sommes nés à quêter la vérité ;
il appartient de la posséder à une plus grande puissance. »

Michel de Montaigne 

Recherche

Archives