Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 10:38

182142_10200332898144043_1667958569_n.jpg

 

La loi sur le mariage pour tous, est une loi qui étend des droits qui  pour des raisons d'orientation sexuelles  n'étaient pas jusqu'alors accessibles à la totalité de la population. Elle est  condamnée par une part relativement importante de la population . C'est pourtant une loi d'égalité. elle n'oblige en rien les opposants à quoi que ce soit.

Donc on peut supposer que l'opposition à cette loi, dont les motivations sont, la plupart du temps, dissimulées  derrière l'alibi de la protection des enfants, est une opposition  de caractère religieux, voire idéologique. Alors que cette loi  n'est pas de nature coercitive vis-à-vis de ceux qui s'opposent.

Il en sera de même lors du débat sur la fin de vie s'il débouche sur une loi dépassant la loi Leonnetti et permettant à ceux qui vont mourir dans un délai court de respecter leur volonté d'en finir .Ce qui correspond au droit de mourir dans la dignité

La encore, dans ce cas, il y aurait des opposants qui dissimuleront le caractère religieux voir idéologique, de leur opposition derrière des alibis. Une telle loi si elle voit le jour , n'obligera évidemment pas ceux qui ne le souhaitent pas de mettre fin à leurs jours même en cas de grande souffrance ou de lourde dégradation physique. 

Rappelons-nous à ce sujet les propos de Christine Boutin, l'ultra-catholique, face à jean-Jacques Bourdin et déclarant au sujet de Chantal Sébire ( on aurait voulu l'y voir la Christine), atteinte d'une tumeur rare, défigurée et en état de grande souffrance et qui réclamait le droit de mourir : "Mais pourquoi ne peut-elle plus vivre ? Parce qu'elle dit qu'elle souffre mais il y a les médicaments qui peuvent empêcher cette souffrance, parce qu'elle est difforme ? mais la dignité d'une personne va au-delà de l'esthétique de cette personne. Quand elle parle de ses petits-enfants, je suis absolument convaincue que cette ancienne institutrice peut aider encore ses petits-enfants à aller de l'avant. Ses enfants l'aiment aussi." Si ça n'est pas à la fois religieux et idéologique ça !? Et assez dégueulasse,  à mon avis.

Toute loi qui visera à étendre la liberté de chacun,  à disposer de son corps et à affirmer librement ses orientations sexuelles qui ne feraient plus de lui un sous-citoyen, trouvera toujours des opposants. On a vu comment les lois sur la séparation de l'église et de l'état, sur la contraception et l'IVG ont trouvé de violentes oppositions derrière lesquelles on trouvait, mal dissimulée, la volonté supposée d'un Dieu hypothétique. Un des grands malheurs de cette société c'est la conviction religieuse, qui n'est rien d'autre qu'un point de vue, et qui prétend soumettre à sa loi la liberté de l'humanité : celle de penser et de vivre librement, comme il l'entend, dans le respect des autres. C'est pour cette raison qu'il faut empêcher les convictions religieuses de peser de tout leur poids, qui reste lourd, sur les lois de la République.

Partager cet article

Repost 0
Published by GIHER - dans société
commenter cet article

commentaires

Jacques 30/01/2013 19:05


Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement… Rien compris ! Le mariage est une institution et en tant que telle elle n'engendre pas des enfants. C'est par définition l'union d'un homme et d'une
femme, le plus souvent en vue de faire des enfants. Sans, évidemment, que ce soit une obligation. Il peut être civil ou religieux selon les pays ; et je ne vois pas où tu veux en venir. Par
ailleurs, quand deux hommes ou deux femmes veulent se marier pour avoir des enfants, ils ne peuvent les avoir ensemble, il faut que l'un ou l'une le fasse avec une personne extérieure au couple
de façon naturelle ou assistée. Cet enfant aura un parent faisant partie du couple et un autre extérieur au couple (que l'enfant a le droit de le connaître). Cela est incontournable. En
conclusion, la réflexion sur le droit pour des homosexuels ou lesbiennes d'avoir des enfants est indissociable d'une égale lréflexion sur la PMA et la GPA. 

claudioo 29/01/2013 15:58


juste une question: depuis quand le mariage engendrerait il automatiquement des enfants? est ce obligatoire? lorsque deux adultes de 50 où 60 ans se marient, est ce pour faire des enfants? si on
n'est pas mariés, est il interdit d'avoir des enfants?répondre à ces questions revient à dire que le mariage n'a rien à voir avec la procréation naturelle où assistée de quelque nature que ce
soit. ce sont bien deux choses différentes et c'est pour cela que la pma a été retirée de ce projet et reportée à la discussion sur la famille. et là le débat sera à sa place.

Jacques 28/01/2013 16:28


Je précisais que je n'avais pas la même interprétation que toi du com de foujuste. Finalement c'est à lui de préciser qui l'interprète correctement. Quant à la PMA et la GPA, je persiste à dire
qu'elles sont intimement liées au mariage pour tous, plus précisément aux couples qui, pour des raisons diverses, ne peuvent pas avoir d'enfants (que tu qualifies d'en difficultés). Les
homosexuels en font partie, est-il utile de le préciser ? Il n'y a pas à insérer une frontière éthique entre une chose (le mariage pour tous)  et ses conséquences (la prétention à avoir des
enfants). L'adoption n'est certainement pas une solution satisfaisante pour tous. C'est dans cette perspective que j'ai posé les questions de la PMA et de la GPA qui sont actuelles, et celle du
clonage qui risque d'émerger à plus ou moins long terme. Par ailleurs, quand les lois ne nous arrangent pas, on a en effet tendance à les trouver idiotes. Il convient donc de bien méditer celles
que l'on met en gestation.

bazar11 27/01/2013 11:54


Jacques, je ne parlais pas de ton interprétation du com de foujuste !


je parlais à Foujuste.


La PMA est un problème qui n'a rien à voir avec le mariage pour tous, car c'est un problème d'éthique ! On a avancer dans ce domaine pour permettre à des couple en difficultés d'avoir des
enfants. Le vrai problème 'est l'adoption.


Je me suis heurtée à ce problème : peu d'enfant en France sont adoptables pour des raisons absurdes. L'abandon définitif est peu courant. Sais-tu qu'une simple carte postale annuelle demandant
des nouvelles de l'enfant abandonné (partiellement, en fait confié à la tutelle de l'état) suffit à rendre l'adoption définitive par un couple impossible ? Le probléme est plus là ; les couples
homos n'auront pas plus de chance que les autres car la loi est idiote.


Je redis : ne faisons pas des femmes en difficultés financières des ventres à louer ou à vendre !


 

Jacques 26/01/2013 21:23


Pour bazar : je n'ai pas interprété le com. de foujuste comme ne se préoccupant pas des enfants.  Au contraire, il met le doigt sur le fait qu'il y a des exceptions au droit de s'unir,
certainement justifiées par tes remarques sur les descendants de ces unions. Ce qui est à mon avis une excellente raison pour réfléchir sur les "enfants" "issus" d'un "mariage pour tous".
L'exception en matière de mariage étant déjà inscrite dans notre code de société, je ne vois pas en quoi elle serait apriori hors du champ de la réflexion.

Présentation

  • : pour curieux seulement
  • pour curieux seulement
  • : Ce blog qui se veut un lieu de dialogue et de réflexion, s'adresse aux curieux de tout ce qui fait l'intérêt de la vie. de la philo à la bande dessinée en passant par la musique,la vie quotidienne et la politique
  • Contact

Profil

  • GIHER
  • 73 ans. Retraité, écrivain à ses heures, collectionneur de collections, amateur de jazz, de cinéma de BD et de philo
  • 73 ans. Retraité, écrivain à ses heures, collectionneur de collections, amateur de jazz, de cinéma de BD et de philo

Texte Libre

« Nous sommes nés à quêter la vérité ;
il appartient de la posséder à une plus grande puissance. »

Michel de Montaigne 

Recherche

Archives