Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 11:32

Par ces temps de disette, de désespérance des politiques et de prise de conscience que le vieux monde est à bout de souffle et va à la falaise avec un bandeau sur les yeux, de nouvelles initiatives se développent et cherchent de nouveaux moyens de communication et d'échanges  entre individus, basés  sur la solidarité et la responsabilité. Il en est ainsi pour le microcrédit qui permet de financer des projet des pays émergeants (microworld.org) par exemple, prêts gratuits remboursés au bout d'un an par les bénéficiaires et garanti par le groupe planet finance ? Il en est également ainsi pour le réseau des accorderies né au Québec et qui commence à essaimer en France (www.accorderie.fr) . Il vise à lutter contre la pauvreté et l'exclusion en renforçant la solidarité entre des personnes d'âges, de classes sociales de nationalité et de sexes différents.

 Le système est ingénieux : 

Chaque Accordeur met à la disposition des autres ses compétences et savoir-faire sous la forme d’offres de services. Des conseils pour cuisiner, la restauration de meubles, l’apprentissage de sports, etc…

 

Chaque offre apparaît sur la page web de L’Accorderie locale où la personne est devenue membre et dans un annuaire papier pour les Accordeurs qui n’ont pas accès à Internet. Dans l'espace membres et l’annuaire, les Accordeurs ont accès aux coordonnées des personnes qui offrent les services. Ils peuvent donc entrer en contact directement avec celles-ci pour s’entendre sur le service désiré et le moment de l’échange.

 

Chaque échange de services est comptabilisé dans une banque de temps, selon le principe « une heure de service rendu vaut une heure de service reçu », quels que soient le service rendu et les compétences exigées.

Tous les services sont mis sur un même pied d’égalité.

 

Dans la banque de temps, chaque Accordeur dispose d’un compte temps où sont inscrites les heures données et reçues. La comptabilité se fait à partir de chèques temps. Lorsqu’une personne devient Accordeur, 15 heures sont déposées dans son compte, ce qui lui permet d’échanger des services immédiatement. 

Dans le cas de certains travaux, le matériel et matériaux nécessaires sont à la charge du demandeur ( par exemple : travaux de peinture)

Une Accorderie œuvre dans le monde de l’économie sociale et solidaire, en proposant un système économique alternatif reposant sur la création d’une nouvelle forme de richesse. Une richesse collective et solidaire qui s’appuie essentiellement sur le potentiel des membres de toute la communauté. Une communauté, où trop souvent, les citoyens les plus pauvres sont jugés non productifs, car occupant un emploi mal rémunéré et étant exclus de la spirale de la surconsommation.

 Une Accorderie fait plutôt le pari qu’il est possible de créer cette richesse collective et solidaire en se basant sur la contribution de tous les membres de la communauté.  C’est une façon démocratique et organisée de construire une alternative au système économique dominant, avec ce qu’il comporte d’inégalités, et d’entrer dans la spirale sympathique d’un réseau qui concrétise sa croyance que le monde peut fonctionner autrement, en ne laissant personne de côté, et qu’il est possible de produire et de consommer autrement.

Pour mieux comprendre ce système ( si vous n'êtes pas allergique à l'accent canadien) vous pouvez regarder cette vidéo :


 

 

Que le monde puisse fonctionner autrement, Edgar Morin en est convaincu lorsqu'il dit que"Le monde grouille d'initiatives créatrices qui traduisent des possibilités futures

  Regardez son entretien de 26 minutes qui date de mai 2012, il est lumineux.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by GIHER - dans société
commenter cet article

commentaires

Jacques 10/03/2013 16:52


N'étant nullement allergique à l'accent canadien je suis allé faire un tour dans cette vidéo. Sympa, mais comment penser que cela peut être une alternative au système actuel ? Combien
d'heures devrais-je fournir et auprès de qui pour que puisse se construire ne serait-ce qu'une centaine de logements sociaux ? Ce qui me choque particulièrement c'est d'en appeler à Edgar
Morin pour cautionner virtuellement un tel amalgame. Ce dernier n'a rien d'un baba cool. Si une telle expérience devait l'intéresser ce serait certainement plus sous un regard de décomposition de
la société et de réapprentissage de la solidarité pour une renaissance, que sur une vision primaire d'alternative à notre système socioéconomique. Quoi qu'il en soit je ne voudrais pas moi aussi
parler à sa place, mais je crois assez bien connaître le personnage et sa pensée pour ne pas apprécier de le trouver dans n'importe quelle sauce dont je n'aime pas toujours le goût.  

GIHER 10/03/2013 22:59



Bonne soirée.



claudioo 07/03/2013 23:47


je n'ai pas eu le temps d'aller voir la video. ce que tu écris me semble intéressant mais attention de ne pas s'imaginer que cela puisse être l'alpha et l'omega de la nouvelle société. cela est
intéressant mais doit à mon avis correspondre aux échanges de proximité, organisant ainsi l'indispensable convivialité. envers le tiers monde , j'ai choisi, suite à une information parue dans le
blog de languedefeu il y a 3 ans, de participer à l'organisation babyloan qui permet d'aider "directement" des entrepreneurs de petite taille en pratiquant le microcrédit. je suis rendu à 6
projets financés et les remboursements viennent régulièrement réalimenter ma tirelire. a chaque financement babyloan prélève 2 euros pour son fonctionnement. la plupart des prêts sont de l'ordre
de 150 à 200 euros et peuvent être couverts par plusieurs prêteurs. j'aime bien.

GIHER 08/03/2013 08:38



Je pense qu'il faut regarder les deux vidéos. Celle d'Edgar Morin, nous montre le chemin.


J'ai fait comme toi avec Microworld. le remboursement se fait en une fois au bout d'un an. Si toutes ces initiatives ne règleront pas fondamentalement les problèmes du monde, il faut y être très
attentif, car elles sont néanmoins le signe d'une résistance vis-à-vis d'un système aberrant et qu'elles peuvent essaimer. Du moins je l'espère. C'est en tout cas mieux que d'attendre comme des
veaux que les choses s'améliorent d'un coup de baguette magique et que le capitalisme sauvage prenne conscience tout seul de ses aberrations  et de la merde dans laquelle il nous a plongés.
Quand je dis nous, il s'agit bien de nous, les classes moyennes et modestes, pas de lui . Lui, Il va très bien, merci pour lui, il est même particulièrement prospère. Il y a 1226 milliardaires
dans le monde, contre 140 il y a 25 ans. La France en compte 16. 



barovin 07/03/2013 18:46


Effctivement l'humain a des ressources insoupçonnées qui lui ont permis de passer de  l'animal à l'humanité.....le problème c'est que ceux qui profitent des imperfections du système actuel
ne l'entendent pas de cette oreille et freinent par tous  les moyens la recherche de solutions alternatives au chaos que nous propose le libérlisme financier qui a noyauté tout les strats de
la société, y compris la construction Européenne.....Très intéressant que le concept de l'accorderie.....

GIHER 08/03/2013 08:19



Les solutions alternatives ne peuvent être que contrariantes pour le système, parce qu'elles sonnent comme une dénonciation et une parade à ses excès et à une obsolescence qui nous mène à la
catastrophe. Tout le monde le sait, mais beaucoup font semblant de ne pas le savoir. L'entretien avec Edgar Morin est plein d'enseignements à ce sujet.



Présentation

  • : pour curieux seulement
  • pour curieux seulement
  • : Ce blog qui se veut un lieu de dialogue et de réflexion, s'adresse aux curieux de tout ce qui fait l'intérêt de la vie. de la philo à la bande dessinée en passant par la musique,la vie quotidienne et la politique
  • Contact

Profil

  • GIHER
  • 73 ans. Retraité, écrivain à ses heures, collectionneur de collections, amateur de jazz, de cinéma de BD et de philo
  • 73 ans. Retraité, écrivain à ses heures, collectionneur de collections, amateur de jazz, de cinéma de BD et de philo

Texte Libre

« Nous sommes nés à quêter la vérité ;
il appartient de la posséder à une plus grande puissance. »

Michel de Montaigne 

Recherche

Archives